Victorin LUREL
Le Blog du vice-président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale

22 avril 2012

Les électeurs des outre-mers ont exprimé une puissante volonté de changement

Filed under: Communiqués de presse — Victorin LUREL @ 14 h 30 min


Victorin LUREL, responsable du pôle outre-mer de la campagne de François HOLLANDE, salue les résultats exceptionnellement élevés réalisés au 1er tour de l’élection présidentielle dans les outre-mers par le candidat socialiste qui a très clairement porté les espoirs d’une autre politique.

François HOLLANDE atteint en effet des niveaux rarement atteints sous la Vème République dépassant ou approchant les 50% dès le premier tour en Guadeloupe, en Martinique, à la Réunion et en Guyane, signe de la volonté très forte de changement exprimée par les électeurs des régions et départements d’outre-mer qui ont ainsi infligé une véritable sanction au candidat-président sortant.

A Saint-Pierre et Miquelon, à Wallis et Futuna et à Saint-Martin, où François HOLLANDE devance également le candidat de l’UMP, c’est cette même aspiration au changement et à une autre politique plus juste et plus solidaire qui a guidé les électeurs dans leur choix.

Au second tour, Victorin LUREL travaillera sans relâche, avec les très nombreux soutiens ultramarins de François HOLLANDE, pour provoquer un sursaut de mobilisation, en particulier à Mayotte, en Polynésie et en Nouvelle-Calédonie, afin de démystifier la campagne de peur conduite sur ces territoires de la République avant le premier tour par Nicolas SARKOZY et par l’UMP.

19 avril 2012

Nicolas SARKOZY se moque tellement des outre-mers qu’il ignore qu’une partie des outre-mers vote dès samedi

Filed under: Communiqués de presse — Victorin LUREL @ 10 h 39 min


Victorin LUREL, responsable du pôle outre-mer auprès de François HOLLANDE, est très surpris que Nicolas SARKOZY ne sache même pas quel jour a lieu le vote en outre-mer !

En effet, il justifie le fait de ne pas être choqué par la diffusion des résultats dès 18h30 dimanche au prétexte que le fait de voter alors que les résultats sont déjà connus existent « déjà pour nos compatriotes d’outre-mer qui sont encore en train de voter alors qu’on a annoncé les résultats ici ».

Or, la loi électorale a justement été modifiée depuis bientôt 10 ans pour toutes les élections nationales pour avancer au samedi le jour du vote dans les départements d’outre-mer de la zone atlantique et en Polynésie française pour éviter, justement, que ceux-ci ne connaissent les résultats avant d’avoir voté !

Visiblement, Nicolas SARKOZY accorde tellement peu d’intérêt à ces départements qu’il ne sait même pas que le vote aura lieu ce samedi 21 avril dans nombre d’entre eux ! (Guadeloupe, Martinique, Guyane, Saint-Pierre et Miquelon et la Polynésie).

18 avril 2012

A 3 jours du 1er tour, Nicolas SARKOZY bricole un programme pour les outre-mers

Filed under: Communiqués de presse — Victorin LUREL @ 11 h 25 min


A seulement 3 jours du 1er tour de l’élection présidentielle qui débute samedi dans les outre-mers, le candidat-président sortant consent enfin à formuler des propositions spécifiques pour les outre-mers. Mais le caractère fort tardif de ces nouvelles promesses en dit long sur le peu de considération qu’ont Nicolas SARKOZY et l’UMP pour les outre-mers. Désintérêt qui, d’ailleurs, trouve sans doute ici une explication…

L’envoi de ces courriers est d’ailleurs si tardif qu’ils ne pourront être, pour une bonne part, distribués outre-mer après la clôture de la campagne officielle prévue jeudi soir dans certaines régions ultramarines qui votent dès samedi (Polynésie, Guadeloupe, Martinique, Guyane, Saint-Pierre et Miquelon).

Dans ces courriers envoyés précipitamment depuis Paris, celui qui aura évité tout autre déplacement dans les outre-mers que celui effectué durant 12 heures à la Réunion début avril s’échine à défendre un bilan que tous les ultramarins jugent à juste titre catastrophique, en particulier sur les grands sujets que sont la lutte contre la vie chère, l’emploi, l’éducation et la lutte contre les insécurités.

En cinq ans de présidence SARKOZY, les prix des produits de première nécessité ont explosé sans qu’aucune mesure concrète de régulation n’ait été prise après les crises sociales de 2009 aux Antilles Guyane, de 2011 à Mayotte et de 2012 à la Réunion.

En cinq ans de présidence SARKOZY, le chômage outre-mer a augmenté de 37% et même de 49% pour les jeunes de moins de 25 ans !

En cinq ans de présidence SARKOZY, l’école a été sacrifiée avec des réductions de postes très pénalisantes, en particulier au primaire, avec pour conséquence une explosion de l’illettrisme et du nombre de jeunes sortant du système scolaire sans diplôme ni qualification.

En cinq ans de présidence SARKOZY, le bilan en matière d’insécurité est tout aussi accablant puisque la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane caracolent toujours en tête des départements les plus touchés par la délinquance.

En outre, Nicolas SARKOZY n’hésite pas à proférer de gros mensonges en réaffirmant que l’effort budgétaire de l’Etat pour les outre-mers a augmenté, alors qu’il est en baisse de 3%, soit 390 millions d’euros, entre 2007 et 2012. Il en est de même quand il affirme qu’il n’a pas cassé le mécanisme de défiscalisation en faveur du photovoltaïque. Il va jusqu’à faire figurer dans son bilan la reconstruction du CHU de Pointe-à-Pitre, alors même que ce projet n’en est même pas au stade du permis de construire !

Mais, plus choquant encore, sont les propositions que formule Nicolas SARKOZY dans ses adresses à l’Outre-mer.

Elles sont pour une part des mesures que le président sortant, son gouvernement et sa majorité se sont évertués à combattre durant 5 ans, comme l’évolution des normes du carburant ou encore la continuité territoriale en matière de transport aérien au départ de la Métropole.

Pour une autre part, il s’agit tout simplement de mesures pillées effrontément dans le programme de François HOLLANDE comme les injonctions structurelles en matière de régulation de la concurrence.

Cinq ans après son élection, Nicolas SARKOZY revendique en somme l’exact contraire de la politique qu’il a menée. Les électeurs ultramarins ne seront pas dupes et feront confiance au seul candidat qui porte un projet cohérent et une vraie ambition pour les outre-mers : François HOLLANDE.

11 avril 2012

Taux de sucre dans les aliments et les boissons outre-mer : lettre ouverte au ministre de la Santé

Filed under: Actualités — Victorin LUREL @ 15 h 11 min

Mes cher-e-s ami-e-s,

En politique comme dans la vie, il faut avoir de la suite dans les idées. C’est la raison pour laquelle j’ai pris la plume pour écrire au ministre de la Santé Xavier BERTRAND au sujet du dossier des taux de sucre dans les aliments et les boissons vendus outre-mer qui, vous le savez, me tient particulièrement à coeur.

Même si la période électorale peut nous conduire à l’oublier : il y a encore un gouvernement et il n’est jamais trop tard pour lui rappeler ses engagements, surtout quand le président de la République, le Premier ministre et les ministres ont maintes fois répété qu’ils travailleraient jusqu’au dernier jour.

Dans ce courrier, je rappelle donc à M. BERTRAND qu’au moment du rejet de justesse de ma proposition de loi (199 voix contre 194) pour réglementer les taux de sucre dans les aliments et les boissons vendus outre-mer, il s’était engagé à négocier une charte avec les industriels pour que cette interdiction prenne effet plus rapidement.

Or, à ce jour et à ma connaissance, aucune charte n’a été signée et les produits continuent à être plus sucrés outre-mer que dans l’hexagone.

Nous sommes à quelques jours de la fin de la législature. J’attends sa réponse.

VL

Monsieur le Ministre,

Le 6 octobre dernier, l’Assemblée nationale examinait ma proposition de loi n° 3767 tendant à prohiber la différence de taux de sucre entre la composition des produits manufacturés et vendus dans les régions d’outre-mer et celle des mêmes produits vendus dans l’Hexagone, proposition qu’elle rejetait par 199 voix contre 194 le 11 octobre suivant en cela l’avis du Gouvernement.

Reconnaissant l’importance du problème soulevé, vous estimiez en effet préférable « d’engager dès à présent des concertations avec les producteurs qui ne seront pas des concertations pour l’affichage mais bien pour faire changer les choses : nous allons agir pour diminuer rapidement la teneur en sucre des produits alimentaires transformés » (extrait débat AN du 6 octobre).

Selon le Gouvernement, mieux valait un accord qui serait plus rapide qu’une loi. Ainsi, vous indiquiez « nous voulons des accords couronnés de succès, et certainement pas que l’on s’éternise dans des débats sans fin pendant que l’obésité progresse. (…) Vous proposez une loi, pour ma part, je veux des actions concrètes (…) car j’ai l’habitude de chercher à régler les problèmes globalement et non pas partiellement » (extrait débat AN du 6 octobre).

Or, près de 6 mois après ces engagements forts pris par le Gouvernement, je ne peux que constater que la différence de taux de sucre entre la composition des produits manufacturés et vendus dans les régions d’outre-mer et celle des mêmes produits vendus dans l’Hexagone est toujours exactement la même. A titre d’exemple, le soda « Fanta Orange » est toujours 43% plus sucré en Guadeloupe que dans l’Hexagone. Il en est de même pour les produits laitiers frais.

Pourtant, le vote de ma proposition de loi par l’Assemblée nationale qui aurait été acquis sans la consigne donnée par le Gouvernement comme en témoignent son adoption par la Commission des Affaires sociales et le très faible écart de voix lors du scrutin public dans l’hémicycle aurait naturellement permis de mettre fin à cette discrimination dramatique pour la santé des ultra-marins et singulièrement des jeunes. En effet, le groupe socialiste, majoritaire au Sénat, avait déposé la même proposition de loi et le Parlement aurait donc eu 4 mois avant la fin de la session parlementaire pour adopter un texte conforme.

Comme vous indiquiez lors de ce débat avoir « une obligation de résultat » et que « si nous connaissions un enlisement du processus engagé, nous choisirions une autre voie » (extrait débat AN du 6 octobre), je vous remercie de bien vouloir m’indiquer dans quel délai interviendra l’arrêté interdisant la différence de taux de sucre entre la composition des produits manufacturés et vendus dans les régions d’outre-mer et celle des mêmes produits vendus dans l’Hexagone que vous vous êtes engagés à prendre.

Vous en souhaitant bonne réception, je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de mes salutations les plus respectueuses.

Victorin LUREL

5 avril 2012

Nicolas Sarkozy doit revoir sa lettre aux Français : il a oublié les outre-mers !

Filed under: Communiqués de presse — Victorin LUREL @ 12 h 02 min


A peine rentré de la Réunion, Nicolas SARKOZY a déjà oublié les outre-mers !

A l’issue d’une curieuse présentation de son projet présidentiel, durant laquelle il aura préféré s’en prendre à François HOLLANDE plutôt que de formuler une ambition pour la France, le candidat Nicolas SARKOZY a continué d’afficher un désintérêt manifeste pour les outre-mers, affirme Victorin LUREL, responsable du pôle « outre-mer » de la campagne de François HOLLANDE.

Ainsi, le candidat de l’UMP n’a pas jugé bon de consacrer aux outre-mers une seule des 32 mesures figurant dans sa lettre aux Français. Ce faisant, il témoigne de son absence totale d’ambition pour ces territoires aujourd’hui dans l’impasse et qui payent aujourd’hui un très lourd tribut à la politique qu’il a menée depuis 5 ans.

Mais, surtout, le refus du candidat-président sortant de consigner les promesses faites cette semaine à la Réunion dans son projet, ni même dans un programme spécifique pour les outre-mers, démontre le peu de crédit qu’il convient de leur accorder.

A ce désintérêt s’ajoute l’annulation pure et simple du déplacement de campagne du Premier ministre François FILLON, dont la venue en Guadeloupe et en Martinique les 13 et 14 avril prochains avait été annoncée à grands renforts de communication.

Enfin, que dire de l’annonce ce jeudi d’un grand meeting pour le candidat SARKOZY le 15 avril prochain à Paris, soit le jour même où était programmé le seul meeting de campagne à destination des outre-mers ?

C’est aujourd’hui flagrant : pour les outre-mers Nicolas SARKOZY est à court de solutions, d’ambitions et d’énergie.

4 avril 2012

Défiscalisation outre-mer : le culot de Nicolas SARKOZY

Filed under: Communiqués de presse — Victorin LUREL @ 12 h 52 min


Nicolas SARKOZY en visite à La Réunion s’est engagé à créer de nouvelles exonérations de charges sociales, a déclaré « croire à la défiscalisation. Sans défiscalisation, il n’y aura pas de flux d’investissement monétaire » et accusé François HOLLANDE de vouloir supprimer la défiscalisation.

Décidément, Nicolas SARKOZY a la mémoire qui flanche !

Le lissage des exonérations de charge opéré par la LODEOM de 2009 devait opérer une diminution de 183 millions d’euros par an, diminution finalement ramenée à 63 millions d’euros par an après le mouvement social de 2009 : au final, en 3 ans, c’est donc une diminution de 189 millions d’euros d’exonération de charge outre-mer qu’a mis en œuvre Nicolas SARKOZY !

En matière de défiscalisation, il déclarait déjà le 12 juillet 2006, en clôture de la convention UMP sur l’outre-mer que « la défiscalisation est, en réalité, un outil de développement pour des économies sous capitalisées et spontanément peu attractives pour des investisseurs. Des engagements ont été pris par l’Etat sur 15 ans, ils doivent être respectés».

Pourtant, le dernier coup de rabot de 10% (PLF 2012) a constitué la 5ème modification en 5 ans du régime de la défiscalisation des investissements outre-mer ce qui a entraîné une diminution très importante de la défiscalisation outre-mer sous son quinquennat. Ainsi, les « niches fiscales outre-mer » souvent stigmatisées ont représenté un montant de 1,239 milliard d’euros en 2010, et de 1,388 milliard d’euros en 2011. Elles ne représenteront plus que 875 millions d’euros en 2012 ! A titre d’exemple, le « Girardin industriel » ne dispose plus que d’une enveloppe de 470 millions d’euros en 2012 contre 730 millions d’euros en 2011. Pire, la défiscalisation dans le logement libre et intermédiaire, le Scellier outre-mer ou encore la défiscalisation des investissements photovoltaiques (230 millions d’euros par an !) ont été purement et simplement supprimés par Nicolas SARKOZY !

Au contraire du « grand prometteur, petit donneur », François HOLLANDE a pris l’engagement très clair de maintenir la défiscalisation des investissements outre-mer qui continuera à bénéficier d’un avantage par rapport à l’Hexagone et par rapport à d’autres formes de défiscalisation, avec un plafond plus élevé pour l’outre-mer.

Richard DESCOINGS : un esprit libre, visionnaire et progressiste

Filed under: Communiqués de presse — Victorin LUREL @ 12 h 23 min


Après l’annonce du décès brutal du directeur de l’Institut d’études politiques de Paris, le député et président du Conseil régional de la Guadeloupe, Victorin LUREL, salue en Richard DESCOINGS un esprit libre, visionnaire et résolument progressiste qui aura beaucoup contribué à repenser l’enseignement supérieur pour l’adapter aux exigences du XXIe siècle.

« Je garde en mémoire le travail efficace que nous avons conduit ensemble pour permettre à la Guadeloupe d’être la première région d’outre-mer à signer des conventions « éducation prioritaire » qui ont ouvert l’accès à Sciences Po pour les jeunes de la Guadeloupe.

Pour Victorin LUREL, c’est une grande perte pour la République car Richard DESCOINGS, par ses idées en perpétuel mouvement, avait encore beaucoup à apporter pour déverrouiller les filières d’excellence afin de permettre une plus grande mixité sociale dans le recrutement des grandes écoles.

30 mars 2012

« En 2012, tout (re)devient possible ! » : pour Mayotte, Nicolas SARKOZY recycle son slogan de 2007

Filed under: Communiqués de presse — Victorin LUREL @ 7 h 48 min


Victorin LUREL, responsable du pôle outre-mer auprès de François HOLLANDE fait part de sa stupéfaction à la lecture de l’interview de Nicolas SARKOZY à Mayotte Hebdo dans laquelle le Président sortant recycle soudain son slogan de 2007, « tout (re)devient possible » alors que rien ne l’a été, oui si peu, pour Mayotte durant 5 ans.

Nicolas SARKOZY promet de donner un pouvoir d’injonction structurelle à l’Autorité de la concurrence pour lutter contre les monopoles, alors que sa majorité parlementaire s’y est opposée il y a à peine 3 mois.

Nicolas SARKOZY promet l’indexation des salaires des fonctionnaires en poste à Mayotte alors qu’il l’avait toujours refusée jusqu’alors.

Nicolas SARKOZY promet de nouveaux allégements de charges sociales alors qu’il les a réduits de 63 millions par an depuis la LOEDEOM.

Nicolas SARKOZY promet des « mesures plus résolues » en matière de lutte contre l’immigration clandestine à Mayotte, alors qu’il est en charge de cette problématique depuis 2002 !

Décidément, Nicolas SARKOZY a bien du mal à assumer la réalité de son bilan.

Mayotte est en effet le département d’outre-mer le moins aidé budgétairement avec une dépense budgétaire annuelle totale de l’Etat qui s’élève à 3 613 € par habitant alors que dans les quatre autres départements d’outre-mer, cette dépense est en moyenne de 5 613 € par habitant.

Ce choix budgétaire est d’autant plus inadmissible que c’est bien à Mayotte que le PIB par habitant est le plus faible de tous les outre-mers (5 200 € par habitant) et que la situation sociale est une des plus détériorées, comme l’a démontré la récente crise sociale.

Dans ce contexte, dire aux Mahorais « j’ai besoin de vous » est particulièrement indécent !

27 mars 2012

Marie-Luce Penchard candidate aux législatives : les dessous d’un secret de polichinelle

Filed under: Actualités — Victorin LUREL @ 10 h 22 min


Mes cher-e-s ami-e-s,

Ainsi donc, la ministre chargée de l’Outre-mer est désormais officiellement candidate aux législatives dans la 4ème circonscription. Cette annonce relevait du secret de polichinelle et elle n’a surpris personne. Et pour cause, depuis deux ans, sa mère – qui sera sa directrice de campagne – en a fait son héritière et l’instrument d’une vengeance qui prend un tour familial. En Corse, on appellerait cela une vendetta.

Chacun doit bien comprendre que cette annonce a été soigneusement retardée de façon à profiter le plus longtemps possible des voyages ministériels pour mener campagne sur fonds publics et pour bénéficier jusqu’au dernier moment du temps de parole ministériel sur les ondes. La ministre elle-même avoue que sa décision est prise depuis janvier.

Cela fait des mois qu’à chacun de ses déplacements – et ils ont été nombreux ! – la ministre déjà en campagne réunit ici des associations, organise là des petites réunions. Quand on veut faire campagne sur des valeurs, je trouve que cela a déjà bien mal commencé.

Pour le reste, Mme Penchard a évidemment le droit d’être candidate. Le député sortant que je suis défendra son bilan, qui est celui d’un parlementaire de l’opposition qui aura malgré tout obtenu de nombreux succès et qui aura été, je le crois, un défenseur intraitable des intérêts de la Guadeloupe. Mais qu’on ne s’y trompe pas, Mme Penchard est elle aussi une sortante. Et elle n’échappera pas à son propre bilan, ni à celui de Nicolas Sarkozy.

Il est très facile d’affirmer que jamais un gouvernement aura autant fait pour l’outre-mer lorsque l’on n’a pas de contradicteur. Ce bilan est désastreux, les Guadeloupéens le savent et le sentent dans leur vie de tous les jours. Mme Penchard devra expliquer comment elle obtiendra comme député ce qu’elle aura été incapable d’obtenir pour la Guadeloupe comme grande ministre de la République !

Enfin, il est aussi très facile de raconter que l’on va s’engager pour sa terre natale après avoir occupé des responsabilités nationales. Je me dois de rappeler à ceux qui auraient pu l’oublier que Mme Penchard est déjà une élue locale. Elle a été candidate contre moi en 2010 aux régionales et, une fois élue, elle n’a jamais siégé à la Région ! Là encore, c’est une curieuse conception de l’éthique que de solliciter un mandat et de ne jamais l’occuper…

Je me réjouis donc à l’idée que Mme Penchard ne pourra plus esquiver le débat, ni les questions qui la fâchent.

Bonne journée à toutes et à tous.

VL

23 mars 2012

Sur France Ô, Nicolas Sarkozy affiche sa méconnaissance des réalités des outre-mers

Filed under: Communiqués de presse — Victorin LUREL @ 11 h 39 min


A la suite de son passage dans l’émission « Politiques » sur France Ô, Victorin LUREL, député et Président du Conseil régional de la Guadeloupe, souligne la profonde méconnaissance qu’a affichée Nicolas SARKOZY de la réalité des outre-mers. Cette méconnaissance pourrait expliquer le bilan calamiteux de sa politique, notamment en termes de pouvoir d’achat, comme l’ont démontré les crises récurrentes outre-mer ou encore les chiffres du chômage, qui a augmenté de 36 % et même de 49% chez les – de 25 ans depuis son accession au pouvoir.

Interrogé sur le problème de la vie chère, il estime tout d’abord que la comparaison du niveau de vie et du pouvoir d’achat des ultramarins doit se faire avec celui de leur voisin géographique et non avec un ressortissant de l’Hexagone, ce qui traduit une méconnaissance grave du principe d’égalité sociale qui prévaut entre les outre-mers et l’Hexagone.

Sur ce même sujet, il prend l’engagement de faire voter dans les 6 mois après sa réélection… ce que sa propre majorité parlementaire a rejeté ces 6 derniers mois, à savoir l’attribution d’un pouvoir d’injonction structurelle au profit de l’Autorité de la Concurrence afin de démanteler les monopoles. Son ralliement à ce point qui figure dès l’origine dans le projet de François HOLLANDE est par ailleurs assez cocasse.

Questionné sur les possibilités de développement de Mayotte, il indique que ce territoire ne connaît pas assez de « développement endogène », alors que cette conception est pourtant le fil directeur de sa politique menée depuis 5 ans ! Soit il l’ignore, soit celle-ci a purement et simplement échoué. Mais alors comment peut-il également affirmer que le premier projet qu’il mènera une fois réélu le 6 mai sera de se déplacer outre-mer pour annoncer…. « un programme de développement endogène sans précédent » ?

Refusant de répondre sur ses propositions en matière de prix de l’essence, il affirme par contre que la défiscalisation des investissements dans les énergies renouvelables n’a pas été supprimée mais « ramenée à un niveau équitable ». Pourtant, la loi de finances pour 2010 a bel et bien purement et simplement supprimé la défiscalisation des investissements dans le photovoltaique pour réaliser une économie de 270 millions d’euros sur les dépenses fiscales outre-mer.

Affirmant avoir « mené un combat extraordinaire depuis 2002 contre l’insécurité et avoir fait tout ce qu’il pouvait », comment ose-t-il alors se représenter, puisqu’il a fait tout ce qu’il a pu, alors même que le taux d’homicide en Guyane est 14 fois supérieur à celui de l’Hexagone et que les atteintes volontaires à l’intégrité physique en Guadeloupe, contrairement à ses affirmations, ont augmenté de 11% entre 2008 et 2011 ? Les outre-mers ne seront pas rassurés de l’entendre prendre l’engagement que « l’effort engagé sera poursuivi » alors même que les forces de sécurité sont dans un tel état de clochardisation avancée que la Région Guadeloupe a même proposé d’acheter des véhicules de police !

Enfin, interrogé sur son accord ou non pour étendre au Gambier la Loi Morin sur l’indemnisation des victimes des essais nucléaires, il déclare tout simplement ne pas connaître tous les sujets, tous les dossiers et « qu’il n’est pas candidat au poste de ministre de l’outre-mer ».

Cela aura sans doute été le seul « ouf ! » de soulagement des ultramarins à l’écoute de cette émission !

« Page précédentePage suivante »

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons