Victorin LUREL
Le Blog du vice-président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale

14 février 2012

« Il n’y avait pas matière à sanctionner Serge LETCHIMY »

Filed under: Communiqués de presse — Victorin LUREL @ 10 h 39 min


Le vice-président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale en charge des outre-mer, Victorin LUREL, se réjouit de la décision du bureau de l’Assemblée nationale qui, ce mardi, n’a pas ordonné de sanction contre le député de la Martinique Serge LETCHIMY.

« Cette décision, dont nous ne doutions pas un instant, prouve qu’il n’y a jamais eu matière à sanction. A aucun moment il n’y a eu de faute commise par notre collègue Serge LETCHIMY, ni dans l’esprit, ni dans la lettre de son adresse au ministre de l’Intérieur », affirme Victorin LUREL.

« Cette décision démontre aussi, poursuit Victorin LUREL, que la sortie théâtrale du Premier ministre, du gouvernement et des députés de la majorité était bel et bien un coup d’éclat très calculé en guise de diversion pour tenter de faire oublier le caractère parfaitement choquant des propos du ministre de l’Intérieur sur une prétendue inégalité des civilisations ».

« Propos avec lesquels, d’ailleurs, le Premier ministre François FILLON, a très clairement pris ses distances hier », relève le député de la Guadeloupe.

10 février 2012

Aux Antilles, Claude Guéant devra répondre du très mauvais bilan du gouvernement en matière d’insécurité dans les outre-mer

Filed under: Communiqués de presse — Victorin LUREL @ 14 h 12 min


Les propos profondément choquants du ministre de l’Intérieur sur une prétendue inégalité entre les civilisations ne doivent pas le conduire à esquiver la question essentielle du très mauvais bilan du gouvernement en matière de délinquance et d’insécurité, en particulier dans les outre-mers, rappelle le député et président de la Région Guadeloupe, Victorin LUREL.

En Guadeloupe, la préfecture vient d’annoncer que les violences physiques auraient, pour la première fois depuis 2006, baissé de façon générale en 2011 de 3,08%, tout en indiquant, dans le détail, que les homicides ont bondi de 24% en un an, les vols à la tire de 6,5% et les cambriolages de 2,8%.

Malgré une tentative désormais traditionnelle de présentation avantageuse, ces chiffres en hausse sensible viennent confirmer ceux, préoccupants, de l’Observatoire National de la Délinquance et des Réponses Pénales (ONDRP) qui placent la Guadeloupe parmi les départements les affectés par les phénomènes de violence en France pour ce qui concerne les atteintes aux personnes et les atteintes aux biens.

« Au-delà des explications liées à la situation économique et sociale, tout démontre que, face à cette violence, les réponses du gouvernement ont été visiblement insuffisantes, souligne Victorin LUREL qui affirme que « le maintien de l’ordre constitue la priorité du Ministère de l’Intérieur ».

Ainsi, selon un rapport réalisé en juin 2011 par la « Mission d’évaluation du dipositif de lutte contre la délinquance dans les départements d’Outre-Mer composée de fonctionnaires de l’IGA , de l’IGPN et l’IGGN , le maintien de l’ordre devient une préoccupation prioritaire. Dans ce rapport confidentiel rendu public par la presse locale et sur lequel le gouvernement ne s’est toujours pas exprimé, il est précisé que les forces de l’ordre mobilisent une grande partie de leur action à la prévention de risques de blocage de l’île au détriment des actions de lutte contre la délinquance, ce qui entraîne, selon les rapporteurs, « une baisse de la surveillance générale ».

Victorin LUREL rappelle qu’en Guadeloupe, la police souffre d’un manque inquiétant de moyens humains et matériels au point qu’elle est aujourd’hui confrontée à des problèmes de parc automobile et à des difficultés d’approvisionnement en carburant.

Il souligne en outre que les services de l’Etat sont incapables de connaître avec précision les effectifs de policiers et de gendarmes présents sur le territoire. Ainsi, selon le rapport budgétaire du Ministère de l’Intérieur, il y aurait 301 gendarmes en Guadeloupe. D’autres sources internes locales évoquent 686 gendarmes et pour le général en charge de la gendarmerie outre-mer, le chiffre serait de 710 gendarmes présents en Guadeloupe. Alors, 301, 686 ou 710 ?.
De même pour la police, le rapport budgétaire du Ministère de l’Intérieur évoque 551 policiers quand les organisations syndicales en dénombrent 640. Or, le ministre indique quant à lui qu’il y a 787 policiers en Guadeloupe. Alors, 551, 640 ou 787, qui dit vrai ?

M. GUEANT devra en outre répondre des projets actuellement à l’étude de fermeture des commissariats de police de Basse-Terre et de Capesterre Belle Eau dans le cadre d’un transfert de ces deux territoires en zone gendarmerie, et d’un transfert en zone police de la ville de Baie-Mahault. Il devra également s’exprimer sur les formes de coproductions entre la sécurité publique et les sociétés privées de sécurité évoquées dans le rapport émanent de ses services, ce qui reviendrait à encourager une forme de privatisation qui serait inacceptable compte tenu de la situation. De même, il devra se positionner sur la demande des élus de classer Pointe à Pitre en zone de sécurité prioritaire.

9 février 2012

3ème plan de rigueur : 25 millions d’euros en moins pour l’Outre-mer

Filed under: Communiqués de presse — Victorin LUREL @ 10 h 38 min


Victorin LUREL, député et président du Conseil régional de la Guadeloupe, vice-président du groupe socialiste chargé des outre-mer, révèle que le budget de la mission Outre-mer sera amputé de 25 millions d’euros tant en autorisation d’engagement (AE) qu’en crédits de paiement (CP) par l’article 4 du projet de finances rectificatives pour 2012, présenté mercredi en Conseil des Ministres.

En effet, ce projet de loi de finances rectificatives pour 2012 ne se contente pas d’augmenter la TVA, mais il annule également près de 2,5 milliards d’euros de crédits d’intervention ce qui constitue bel et bien un 3e plan de rigueur mis en oeuvre par le Gouvernement.

Parmi ces annulations figure donc une coupe de 25 millions d’euros sur les crédits de la mission outre-mer, plus précisément sur les crédits destinés à l’emploi outre-mer.

Victorin LUREL rappelle que le chômage a augmenté outre-mer de 39% et celui des jeunes de moins de 25 ans de 49% depuis avril 2007, date de l’élection de l’actuel Président de la République.

8 février 2012

Niches fiscales outre-mer : le gouvernement a anticipé les souhaits de la Cour des comptes

Filed under: Communiqués de presse — Victorin LUREL @ 15 h 09 min


Dans son rapport annuel rendu public ce mercredi, la Cour des comptes préconise la suppression des dispositifs de défiscalisation des investissements dans les outre-mer, dits dispositif Girardin, en raison de leur coût estimé pour 2011 à 1,38 milliard d’euros et de leur relative inefficience, alors même que la défiscalisation est un mal nécessaire outre-mer en raison du désengagement sans précédent de l’Etat et de l’inertie des banques qui ne jouent pas leur rôle de financement de l’économie locale.

Selon Victorin LUREL, député et président du Conseil régional de la Guadeloupe, le gouvernement et la majorité ont déjà entamé ce processus de suppression. En effet, il rappelle que le gouvernement a déjà réformé 5 fois en 5 ans les dispositions fiscales relatives à l’investissement outre-mer, alors que les entreprises et les investisseurs ont avant tout besoin de visibilité et de stabilité juridique et fiscale.

Ces réformes successives ont non seulement déjà conduit à supprimer purement et simplement certain dispositif de défiscalisation des investissements, comme dans le photovoltaique et, surtout, à diminuer drastiquement la dépense fiscale de l’Etat envers des investissements outre-mer.

En effet, si la Cour des comptes rappelle que la dépense fiscale a été de 1,38 milliard d’euros pour 2011 pour ces dispositifs, elle omet de dire que cette dépense n’est évaluée qu’à 865 millions d’euros pour 2012, selon les estimations de Bercy (Document de politique transversale outre-mer pour 2012, p. 253 à 255), soit une baisse de 515 millions d’euros.

Malheureusement, cette diminution de la dépense outre-mer couplée au désengagement budgétaire continu de l’Etat à des conséquences fort néfastes sur les économies locales : outre-mer, le chômage a augmenté de 39% et celui des jeunes de – de 25 ans de 49% depuis l’arrivée de Nicolas SARKOZY à l’Elysée en 2007.

7 février 2012

Victorin LUREL et Jacques GILLOT ne recevront pas Claude GUEANT lors de sa visite en Guadeloupe

Filed under: Communiqués de presse — Victorin LUREL @ 12 h 31 min


Après les déclarations de Claude GUEANT sur une prétendue inégalité entre les civilisations, les présidents du Conseil régional et du Conseil général de la Guadeloupe, Victorin LUREL et Jacques GILLOT, ont adressé une lettre ouverte au ministre de l’Intérieur, Claude GUEANT, pour lui indiquer qu’ils ne le recevraient pas lors de sa visite prévue en Guadeloupe la semaine prochaine :

« Monsieur le ministre,

Nous avons été informés de votre prochain déplacement en Guadeloupe et nous sommes au regret de vous faire savoir que nous ne pourrons vous y recevoir.

Fidèles à notre indéfectible attachement aux principes républicains et démocratiques, nous avons toujours veillé, en tant qu’élus de la Nation, à faire le meilleur accueil aux membres du Gouvernement en visite officielle aux Antilles, quand bien même nous ne partagerions pas les mêmes sensibilités politiques.

Mais aujourd’hui, c’est pleinement conscients de l’importance symbolique de notre geste, et mus par le même sens du devoir républicain, que nous avons pris la décision de ne pas vous accueillir en Guadeloupe.

Les faits sont malheureusement là, têtus : Par vos « dérapages » verbaux répétés et assumés à l’égard des étrangers et des Français issus de l’immigration, qu’ils soient d’origine roumaine, comorienne, ou de confession musulmane ; par votre circulaire qui durcit considérablement l’obtention de visas pour les étudiants étrangers qui aiment la France et qui souhaitent y débuter leur vie professionnelle en mettant leurs compétences à la disposition de notre pays ; par votre volonté sournoise d’interdire en pratique l’accès à la naturalisation à des immigrés présents sur notre sol de très longue date et qui ont démontré pleinement leur désir d’intégration ; par vos propos consternants sur la hiérarchie des civilisations, vous tournez résolument le dos aux valeurs fondamentales de la République, auxquelles nous Antillais, dont les ancêtres ont connu l’esclavage et la colonisation, restons attachés encore davantage que d’autres.

Certains ne veulent voir dans vos déclarations qu’une banale stratégie politicienne visant à séduire les électeurs du Front national, en vue des prochaines échéances électorales. Nous avons peine à croire que la vie politique française serait devenue, sous Nicolas Sarkozy, à ce point dévoyée, que la fin justifierait tous les moyens, même les plus immoraux. Aurions-nous donc perdu en France la boussole des valeurs humanistes et de tolérance qui fondent notre vivre-ensemble ? Nous, qui avons vu l’histoire bégayer avec l’abolition puis le rétablissement de l’esclavage, savons que subrepticement les heures sombres du passé peuvent derechef advenir.

D’autres, que vous cherchez à entretenir dans la peur d’une dépossession de leur identité « nationale », verront dans vos prises de position, un combat pour la défense d’une France menacée. Nous n’y croyons pas davantage, nous qui savons que notre pays, et c’est sa richesse et sa singularité, s’est construit au fil de l’Histoire grâce aux apports culturels successifs issus des différentes vagues d’immigrations, qu’elles soient européennes, ou plus récemment indochinoises, maghrébines, caribéennes, et africaines.

C’est ainsi qu’est aujourd’hui la France. C’est ce qui fait la France. C’est ainsi que nous l’aimons comme la grande majorité des Français l’aiment. Cette alchimie originale qui unit des bras de toutes les couleurs pour bâtir notre Nation, des cœurs enveloppés de peaux de toutes les couleurs pour aimer notre pays et des yeux de toutes les couleurs regarder grandir la France, ne constitue en rien une menace. C’est au contraire notre bien commun.

C’est ce bouillonnement perpétuel des identités individuelles et collectives dans le creuset républicain qui forge notre identité commune. Nous n’acceptons pas que vous cherchiez à éteindre la flamme qui entretient ces mélanges féconds, ces métissages précurseurs et cette volonté commune de vivre ensemble. Nous n’acceptons pas davantage que vous stigmatisiez nos compatriotes musulmans ou issus de l’immigration maghrébine en mélangeant tous les concepts, en dressant les uns contre les autres et en hiérarchisant les civilisations tel un nouvel Arthur de Gobineau ou de nouveaux Ernest Renan et Jules Ferry égarés.

Nous ne souhaitons pas recevoir celui qui tient des propos dangereux pour l’unité nationale.

En décembre 2005, afin de marquer son indignation suite au vote d’une loi reconnaissant « le rôle positif de la présence française outre-mer », Aimé Césaire avait refusé de rencontrer le ministre de l’Intérieur de l’époque, Nicolas Sarkozy, qui annonçait un déplacement en Martinique. Nous avions alors tous, outre-mer, salué la portée de son geste.

Nous choisirons par conséquent, en toute modestie, de lui emboîter le pas. Nous n’irons pas vous accueillir à l’aéroport. Nous ne vous accueillerons pas personnellement dans nos collectivités. Et si vous souhaitez vous rendre dans ces institutions de la République qui vous restent malgré tout ouvertes, nous prendrons les dispositions nécessaires pour recueillir le message que vous voudrez éventuellement délivrer. »

6 février 2012

Victorin LUREL révolté par les propos de Claude Guéant

Filed under: Communiqués de presse — Victorin LUREL @ 18 h 00 min


Le député et président de la Région Guadeloupe, Victorin LUREL, fait part du sentiment de révolte que lui inspirent les propos tenus ce week-end par le ministre de l’Intérieur, Claude GUEANT, sur une prétendue inégalité entre les civilisations, qui est en totale contradiction avec les valeurs universelles que porte la République.

Depuis deux jours, Victorin LUREL a espéré qu’un sursaut républicain finirait par animer le ministre de l’Intérieur en le poussant à exprimer des regrets, surtout après que plusieurs ministres et parlementaires de la majorité ont pris leur distance avec ces propos choquants.

« Rien n’est hélas venu », déplore le député et président de la Région Guadeloupe.

« Au contraire, M. GUEANT continue de s’ériger en une curieuse agence de notation des civilisations. Sans l’once d’une contrition, il persiste et signe dans une rhétorique qui dresse les citoyens les uns contre les autres en y ajoutant une dose choquante d’hypocrisie lorsqu’il déclare qu’il ne visait personne en particulier », estime Victorin LUREL pour qui, en campagne électorale, on ne peut pas dire n’importe quoi pour attirer les voix des xénophobes partisans du Front National.

Après de telles déclarations, les conditions ne paraissent pas réunies pour que le député et président de la Région Guadeloupe accueille le ministre de l’Intérieur lors de sa venue en Guadeloupe prévue la semaine prochaine.

4 février 2012

Polynésie française : Nicolas SARKOZY se réveille d’un long sommeil

Filed under: Communiqués de presse — Victorin LUREL @ 18 h 57 min


En s’adressant aux Polynésiens par un simple message vidéo plutôt que de se rendre en Polynésie française, le Président de la République Nicolas SARKOZY a poursuivi son entreprise de construction, en trois mois, du bilan qu’il s’est révélé incapable de réaliser en cinq ans dans les outre-mers.

Le président-candidat feint en effet de découvrir la situation sociale particulièrement difficile de ce territoire en relevant lui-même les 5.400 emplois détruits en quatre ans et le nombre de bons alimentaires multiplié par cinq, alors qu’il affirme contre l‘évidence qu’il a « constamment veillé sur la situation polynésienne ».

Le vice-président du groupe socialiste à Assemblée nationale en charge des outre-mers, Victorin LUREL, est au regret de dire que cette veille a été en réalité un long sommeil partagé par l’ensemble du gouvernement et, en particulier, par la ministre chargée de l’Outre-mer. Sommeil qui a permis, pour des raisons politiciennes, à l’instabilité politique de se poursuivre et aux inégalités économiques et sociales de se maintenir.

Par ailleurs, Victorin LUREL rappelle que la loi MORIN du 5 janvier 2010 sur l’indemnisation des victimes des conséquences des essais nucléaires, citée par le président de la République pour annoncer un nouveau décret d’application, a fait la preuve de son inefficacité. Ainsi, au 14 octobre 2011, sur 632 dossiers déposés, seuls 407 ont été reconnus « complets » par le comité d’indemnisation, 250 ont été déclarés recevables et seuls 2 dossiers ont fait l’objet d’une décision d’indemnisation. Et encore à hauteur de 2% du préjudice !

Durant tout son mandat, Nicolas SARKOZY n’aura finalement manifesté aucune volonté de prendre en compte les dégâts écologiques occasionnés sur les atolls de Mururoa et de Fangataufa qui doivent être rétrocédés au domaine public de la Polynésie française, comme en témoigne le refus obstiné du gouvernement d’accepter la proposition de loi du sénateur Tuheiava, récemment discutée au Sénat.

3 février 2012

Téléphonie mobile outre-mer : le bilan accablant du gouvernement disqualifie ses promesses

Filed under: Communiqués de presse — Victorin LUREL @ 13 h 15 min


A 79 jours du premier tour des présidentielles, le gouvernement se hâte soudainement d’organiser le vendredi 10 février une réunion avec les opérateurs de téléphonie mobile pour discuter des tarifs pratiqués dans les outre-mer, notamment en matière d’itinérance, alors qu’il n’a rien fait en 5 ans pour répondre à cette préoccupation forte des ultramarins.

Le vice-président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale et député de la Guadeloupe, Victorin LUREL, rappelle qu’à de multiples reprises les députés de gauche ont proposé en vain des amendements visant à répondre très directement à cette problématique. Ce fut notamment le cas lors de la discussion de l’article 13 bis de la LODEOM en mai 2009 avec un amendement du groupe SRC signé par le député réunionnais Jean-Claude FRUTEAU et cosigné par Victorin LUREL.

Cet amendement proposait que les communications de téléphonie mobile émises depuis ou vers les Départements d’Outre-Mer ou entre deux Départements d’Outre-Mer soient incluses dans les offres de base des forfaits des opérateurs de téléphonie mobile et qu’elles ne puissent pas faire l’objet d’une surfacturation pour cause d’itinérance.

Plusieurs fois représenté, cet amendement a été systématiquement rejeté par le gouvernement, la dernière fois lors de la discussion de la loi CHATEL en octobre 2011. Le gouvernement s’en est à chaque fois remis à des demandes de rapports qui dorment dans les tiroirs de Bercy et de la rue Oudinot et qui ressortent opportunément pour maquiller en trois mois le bilan de cinq ans de passivité sur ce sujet.

Victorin LUREL condamne avec force ces gesticulations navrantes en regrettant que les propositions du groupe socialiste n’aient pas été entendues dans ce domaine comme en matière de tarifs bancaires ou encore de régulation des taux de sucre dans les aliments outre-mer. Ces dossiers auraient ainsi trouvé des réponses satisfaisantes.

30 janvier 2012

Marie-Luce PENCHARD utilise les fonds publics et les moyens de son ministère pour la campagne électorale

Filed under: Communiqués de presse — Victorin LUREL @ 12 h 38 min


Le 26 janvier, Marie-Luce PENCHARD a réagi aux propositions de François HOLLANDE pour l’Outre-mer et a fait publier un communiqué critique sur le site même du ministère de l’Outre-mer alors qu’il s’agit clairement d’une réaction qui relève de la campagne électorale. Nous ne pouvons pas accepter qu’un site d’un ministère de la République soit utilisé à des fins de propagande électorale. D’autre part, Victorin LUREL rappelle également que la ministre est très fréquemment en déplacement en Guadeloupe, sur fonds publics naturellement, sans véritable motif officiel si ce n’est celui de préparer sa prochaine candidature aux élections législatives.

Ce n’est pas la première fois que Marie-Luce PENCHARD mélange les genres. En 2010, lors des élections régionales, elle avait déjà tenu dans une réunion électorale des propos indignes d’une ministre de l’Outre-mer en affirmant qu’elle n’a « envie de servir qu’une population, la population guadeloupéenne ». Les Français se rappellent également de son souhait de « pourrir » le déplacement de François HOLLANDE aux Antilles, il y a deux semaines. Curieusement d’ailleurs, des coupures d’électricité ont perturbé le meeting qui se déroulait à Basse-Terre dont la maire n’est autre que la mère de la ministre…. Décidément, il convient de se demander si Marie-Luce PENCHARD est toujours ministre de la République ou si elle a intégré la cellule Ripostes de l’UMP !

Pour avoir une nouvelle confondu la fonction qui est la sienne avec celle d’un responsable de parti, Marie-Luce PENCHARD doit, a minima, reconnaître son erreur et, si elle a encore un minimum de respect pour sa fonction, s’excuser pour cette faute qui en dit long sur la conception qu’elle se fait de sa charge ministérielle.

Equipe VL

PS : Ce lundi dans la journée, le communiqué a été retiré du site en guise d’aveu d’une faute. Internet a cependant de la mémoire : la capture d’écran est toujours visible sur le site de rue89.com ici.

16 décembre 2011

Le Sénat adopte une mesure essentielle de justice sociale pour nos aînés

Filed under: Communiqués de presse — Victorin LUREL @ 11 h 52 min


Victorin LUREL, député et président du Conseil régional de la Guadeloupe, salue l’adoption cette nuit par le Sénat, dans le projet de loi de finances rectificatives pour 2011, d’un amendement du sénateur PS de La Réunion Michel VERGOZ, tendant à exclure la valeur de la résidence principale de l’actif de la succession pris en compte pour déclencher le remboursement de l’allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) outre-mer.

En effet, les sommes versées aux bénéficiaires par les caisses de retraite ou la Caisse des dépôts et consignations via le Fonds de solidarité vieillesse sont récupérables sur succession au-delà d’un seuil d’actif successoral fixé par décret à 39.000 euros. Or, la spéculation foncière outre-mer a fortement valorisé les petites propriétés familiales, certaines acquises par acte trentenaire ou par construction de logements évolutifs sociaux (CLES). Les héritiers se trouvent donc souvent contraints de liquider leur patrimoine si leurs ascendants ont bénéficié de cette allocation de solidarité.

Cette situation explique ainsi que nombre de personnes âgées renoncent au bénéfice de cette allocation sociale pour ne pas pénaliser ultérieurement leurs héritiers.

Le vote de cet amendement par la majorité de gauche au Sénat, malgré l’avis défavorable du gouvernement, est une mesure de justice sociale essentielle très attendue outre-mer.

Victorin LUREL demande au gouvernement de ne pas revenir sur cette disposition lors de l’examen du projet de loi de finances rectificatives à l’Assemblée nationale.

« Page précédentePage suivante »

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons