Victorin LUREL
Le Blog du vice-président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale

4 avril 2012

Richard DESCOINGS : un esprit libre, visionnaire et progressiste

Filed under: Communiqués de presse — Victorin LUREL @ 12 h 23 min


Après l’annonce du décès brutal du directeur de l’Institut d’études politiques de Paris, le député et président du Conseil régional de la Guadeloupe, Victorin LUREL, salue en Richard DESCOINGS un esprit libre, visionnaire et résolument progressiste qui aura beaucoup contribué à repenser l’enseignement supérieur pour l’adapter aux exigences du XXIe siècle.

« Je garde en mémoire le travail efficace que nous avons conduit ensemble pour permettre à la Guadeloupe d’être la première région d’outre-mer à signer des conventions « éducation prioritaire » qui ont ouvert l’accès à Sciences Po pour les jeunes de la Guadeloupe.

Pour Victorin LUREL, c’est une grande perte pour la République car Richard DESCOINGS, par ses idées en perpétuel mouvement, avait encore beaucoup à apporter pour déverrouiller les filières d’excellence afin de permettre une plus grande mixité sociale dans le recrutement des grandes écoles.

30 mars 2012

« En 2012, tout (re)devient possible ! » : pour Mayotte, Nicolas SARKOZY recycle son slogan de 2007

Filed under: Communiqués de presse — Victorin LUREL @ 7 h 48 min


Victorin LUREL, responsable du pôle outre-mer auprès de François HOLLANDE fait part de sa stupéfaction à la lecture de l’interview de Nicolas SARKOZY à Mayotte Hebdo dans laquelle le Président sortant recycle soudain son slogan de 2007, « tout (re)devient possible » alors que rien ne l’a été, oui si peu, pour Mayotte durant 5 ans.

Nicolas SARKOZY promet de donner un pouvoir d’injonction structurelle à l’Autorité de la concurrence pour lutter contre les monopoles, alors que sa majorité parlementaire s’y est opposée il y a à peine 3 mois.

Nicolas SARKOZY promet l’indexation des salaires des fonctionnaires en poste à Mayotte alors qu’il l’avait toujours refusée jusqu’alors.

Nicolas SARKOZY promet de nouveaux allégements de charges sociales alors qu’il les a réduits de 63 millions par an depuis la LOEDEOM.

Nicolas SARKOZY promet des « mesures plus résolues » en matière de lutte contre l’immigration clandestine à Mayotte, alors qu’il est en charge de cette problématique depuis 2002 !

Décidément, Nicolas SARKOZY a bien du mal à assumer la réalité de son bilan.

Mayotte est en effet le département d’outre-mer le moins aidé budgétairement avec une dépense budgétaire annuelle totale de l’Etat qui s’élève à 3 613 € par habitant alors que dans les quatre autres départements d’outre-mer, cette dépense est en moyenne de 5 613 € par habitant.

Ce choix budgétaire est d’autant plus inadmissible que c’est bien à Mayotte que le PIB par habitant est le plus faible de tous les outre-mers (5 200 € par habitant) et que la situation sociale est une des plus détériorées, comme l’a démontré la récente crise sociale.

Dans ce contexte, dire aux Mahorais « j’ai besoin de vous » est particulièrement indécent !

23 mars 2012

Sur France Ô, Nicolas Sarkozy affiche sa méconnaissance des réalités des outre-mers

Filed under: Communiqués de presse — Victorin LUREL @ 11 h 39 min


A la suite de son passage dans l’émission « Politiques » sur France Ô, Victorin LUREL, député et Président du Conseil régional de la Guadeloupe, souligne la profonde méconnaissance qu’a affichée Nicolas SARKOZY de la réalité des outre-mers. Cette méconnaissance pourrait expliquer le bilan calamiteux de sa politique, notamment en termes de pouvoir d’achat, comme l’ont démontré les crises récurrentes outre-mer ou encore les chiffres du chômage, qui a augmenté de 36 % et même de 49% chez les – de 25 ans depuis son accession au pouvoir.

Interrogé sur le problème de la vie chère, il estime tout d’abord que la comparaison du niveau de vie et du pouvoir d’achat des ultramarins doit se faire avec celui de leur voisin géographique et non avec un ressortissant de l’Hexagone, ce qui traduit une méconnaissance grave du principe d’égalité sociale qui prévaut entre les outre-mers et l’Hexagone.

Sur ce même sujet, il prend l’engagement de faire voter dans les 6 mois après sa réélection… ce que sa propre majorité parlementaire a rejeté ces 6 derniers mois, à savoir l’attribution d’un pouvoir d’injonction structurelle au profit de l’Autorité de la Concurrence afin de démanteler les monopoles. Son ralliement à ce point qui figure dès l’origine dans le projet de François HOLLANDE est par ailleurs assez cocasse.

Questionné sur les possibilités de développement de Mayotte, il indique que ce territoire ne connaît pas assez de « développement endogène », alors que cette conception est pourtant le fil directeur de sa politique menée depuis 5 ans ! Soit il l’ignore, soit celle-ci a purement et simplement échoué. Mais alors comment peut-il également affirmer que le premier projet qu’il mènera une fois réélu le 6 mai sera de se déplacer outre-mer pour annoncer…. « un programme de développement endogène sans précédent » ?

Refusant de répondre sur ses propositions en matière de prix de l’essence, il affirme par contre que la défiscalisation des investissements dans les énergies renouvelables n’a pas été supprimée mais « ramenée à un niveau équitable ». Pourtant, la loi de finances pour 2010 a bel et bien purement et simplement supprimé la défiscalisation des investissements dans le photovoltaique pour réaliser une économie de 270 millions d’euros sur les dépenses fiscales outre-mer.

Affirmant avoir « mené un combat extraordinaire depuis 2002 contre l’insécurité et avoir fait tout ce qu’il pouvait », comment ose-t-il alors se représenter, puisqu’il a fait tout ce qu’il a pu, alors même que le taux d’homicide en Guyane est 14 fois supérieur à celui de l’Hexagone et que les atteintes volontaires à l’intégrité physique en Guadeloupe, contrairement à ses affirmations, ont augmenté de 11% entre 2008 et 2011 ? Les outre-mers ne seront pas rassurés de l’entendre prendre l’engagement que « l’effort engagé sera poursuivi » alors même que les forces de sécurité sont dans un tel état de clochardisation avancée que la Région Guadeloupe a même proposé d’acheter des véhicules de police !

Enfin, interrogé sur son accord ou non pour étendre au Gambier la Loi Morin sur l’indemnisation des victimes des essais nucléaires, il déclare tout simplement ne pas connaître tous les sujets, tous les dossiers et « qu’il n’est pas candidat au poste de ministre de l’outre-mer ».

Cela aura sans doute été le seul « ouf ! » de soulagement des ultramarins à l’écoute de cette émission !

18 mars 2012

Suppression du mot « race » dans la Constitution : les outrances du candidat SARKOZY

Filed under: Communiqués de presse — Victorin LUREL @ 10 h 30 min


Victorin LUREL, responsable du pôle outre-mer dans l’équipe de campagne de François HOLLANDE, se dit choqué par les attaques outrancières répétées de Nicolas SARKOZY en réaction à la proposition de François HOLLANDE de supprimer le mot « race » de l’article 1er de la Constitution de 1958.

Comme à son habitude, le président sortant présente de façon caricaturale une proposition de François HOLLANDE pour pouvoir la critiquer en maniant tour à tour une ironie franchement déplacée et un argumentaire éminemment contestable qui présente des similitudes troublantes avec celui du Front National.

En effet, contrairement à ce qu’affirme Nicolas SARKOZY, dans une candeur feinte tout simplement consternante, la suppression du mot « race » de la Constitution n’a jamais eu pour objectif de supprimer le racisme, mais elle porte l’ambition de supprimer du texte fondateur de notre République un terme qui ne s’applique pas à l’espèce humaine, comme l’ont démontré tous les travaux scientifiques.

Il s’agit donc de combattre le racisme en lui ôtant toute la légitimité qu’il pourrait puiser dans la loi fondamentale, car lorsque la Constitution interdit d’établir une distinction selon « la race », elle légitime paradoxalement et implicitement l’opinion selon laquelle il existerait des « races distinctes ». Cette opinion – qui est un délit dans notre droit positif – a toujours servi de support aux discours qui préludent à l’extermination des peuples.

En prônant le maintien du mot « race » dans un texte aussi important que notre Constitution, comment dès lors expliquer aux jeunes générations que les races n’existent pas ? Nicolas SARKOZY se garde bien de répondre à cette question depuis qu’il a choisi de faire de ce sujet une polémique indigne, alors qu’il aurait pu faire l’objet d’un consensus qui aurait grandi notre République.

En qualifiant « d’absurde » la proposition de François HOLLANDE, soit exactement le même terme et le même argumentaire que Marine LE PEN, Nicolas SARKOZY persiste hélas à s’inscrire dans le droit et triste fil qui conduit de « la loi de la honte » qu’il défendait en 2005 pour reconnaître le rôle positif de la colonisation, aux inégalités de civilisation inventées par Claude GUEANT, en passant par le discours de Dakar selon lequel« l’homme africain n’est pas encore rentré dans l’Histoire ».

L’outrance dont fait preuve Nicolas SARKOZY depuis son entrée en campagne démontre en tout cas qu’il a choisi de supprimer le mot « modération » de tous ses discours.

10 mars 2012

La suppression du mort « race » de la Constitution, un long combat

Filed under: Communiqués de presse — Victorin LUREL @ 14 h 34 min


Victorin LUREL, député et président de la Région Guadeloupe, salue l’engagement du candidat socialiste à la présidence de la République, François HOLLANDE, de demander au Parlement, s’il est élu, la suppression du mot « race » de la Constitution.

Pour Victorin LUREL, cet engagement de François HOLLANDE peut être l’aboutissement d’un long combat entamé en 2002, lors de son premier mandat de député.

Le député de la Guadeloupe fait part de sa fierté et de son émotion après cette annonce qui reprend une proposition de loi qu’il avait déposé le 15 novembre 2004 à l’Assemblée nationale au nom du groupe socialiste et qui a été repoussée par la majorité.

Dans son exposé des motifs, cette proposition de loi rappelle que « le mot « race » a toujours servi de support au discours qui prélude à l’extermination des peuples ».

Elle indique que « lorsque la Constitution interdit à la loi d’établir une distinction selon « la race », elle légitime paradoxalement et donc en creux l’opinion selon laquelle il existe des « races distinctes ».

Lire la note Terra Nova sur le sujet.

29 février 2012

François HOLLANDE s’engage en faveur d’une loi d’orientation et de modernisation de l’agriculture des outre-mers

Filed under: Communiqués de presse — Victorin LUREL @ 19 h 57 min


Lors de sa visite sur les stands des outre-mers du Salon de l’agriculture, mardi, François HOLLANDE s’est engagé en faveur d’une loi d’orientation et de modernisation de l’agriculture des outre-mers.

Victorin LUREL, député et président de la Région Guadeloupe, responsable du pôle « outre-mer » de la campagne de François HOLLANDE, fait part de sa satisfaction après cet engagement fort qui doit venir combler un manque durement ressenti par les agriculteurs et les éleveurs ultramarins.

Lors de son intervention devant les professionnels de tous les outre-mers, François HOLLANDE a utilement rappelé que l’agriculture et l’élevage contribuent fortement à la création de valeur ajoutée et d’emplois et participent, en réduisant les importations, à la mise en œuvre d’un développement durable.

Au moment où la lutte contre la vie chère est un enjeu brûlant dans tous les outre-mers, François HOLLANDE a rappelé que l’agriculture a un rôle central à jouer pour raccourcir les circuits de distribution afin de réduire les prix pour les consommateurs.

François HOLLANDE a indiqué que le contenu de la loi d’orientation et de modernisation agricole sera décidé en concertation étroite avec les professionnels ultramarins.

Elle devra notamment traiter :
– de la promotion du développement social dans les territoires ruraux des outre-mers ;
– de la mise en œuvre d’une véritable politique du foncier agricole ;
– de la mise en place d’un dispositif assuranciel agricole dans les outre-mers en convergence avec le dispositif appliqué dans l’Hexagone ;
– du soutien à toutes les agricultures des outre-mers en mobilisant les acteurs de la recherche, de la formation et du développement ;
– de l’enrichissement des modèles agricoles existant en inventant, avec tous les partenaires de la recherche, de la formation et du développement, un modèle viable en faveur des cultures qui répondent le plus directement aux besoins locaux ;
– de la procédure d’accompagnement vers et après l’installation en agriculture ;
– de la réglementation en matière d’aquaculture ;
– de la coopération régionale avec les pays tiers ;
– du préfinancement de l’agriculture ;
– de l’appui au développement de l’agriculture par les collectivités territoriales…

Hausse des carburants en Guadeloupe : le mode de fixation des prix démontre une nouvelle fois son caractère injuste, opaque et illisible

Filed under: Communiqués de presse — Victorin LUREL @ 19 h 39 min


Le président de la Région Guadeloupe, Victorin LUREL, réitère sa demande de révision du mode de fixation du prix des carburants en Guadeloupe, après la nouvelle hausse annoncée mardi qui porte le prix du super sans plomb à un niveau record à compter de ce jeudi à minuit.

« Une nouvelle fois, le système défendu obstinément par le gouvernement démontre son caractère opaque, injuste et, surtout, incompréhensible, estime Victorin LUREL. En témoignent les évolutions distinctes des prix du sans plomb, du gazole et de la bouteille de gaz, que les communiqués de la préfecture peinent à expliquer de façon crédible. En témoigne aussi l’inexplicable différence entre la Martinique, où le sans plomb augmente de 4 centimes, et la Guadeloupe, où l’augmentation est de 5 centimes ».

Victorin LUREL déplore que le gouvernement se refuse à envisager d’autres pistes telles qu’un blocage temporaire des prix dans l’immédiat et, à plus long terme une séparation stricte entre les activités de stockage, de raffinage et de distribution, comme le proposait le rapport de la mission parlementaire conduite par Patrick OLLIER.

« Les automobilistes et, au-delà, l’économie de la Guadeloupe payent hélas le prix du renoncement du gouvernement à toucher aux marges somptuaires du monopole pétrolier », déplore enfin le président de la Région Guadeloupe.

22 février 2012

Tensions à La Réunion : le gouvernement doit mettre un terme au désordre par la négociation

Filed under: Communiqués de presse — Victorin LUREL @ 18 h 30 min

Après la Guyane, la Guadeloupe et la Martinique où un conflit social avait éclaté en 2008 sur le prix des carburants, après Mayotte fin 2011, c’est maintenant La Réunion qui est au bord de l’explosion.

Hélas prévisibles, compte tenu de la situation économique et sociale de l’île, les violences auraient cependant pu être évitées. Or, elles donnent ces dernières heures des signes d’escalade.

Pour Victorin LUREL, responsable du pôle outre-mer de la campagne de François HOLLANDE, « le retour au calme est une nécessité absolue, car les violences, qui pénalisent d’abord les Réunionnais, ne sont en aucun cas une solution ».

« Le gouvernement doit mettre un terme à la stratégie de pourrissement qui est la sienne depuis la fin des mouvements sociaux de 2009 face à la problématique du coût de la vie dans les outre-mer », estime le député et président de la Région Guadeloupe.

« Comme s’il n’avait tiré aucune leçon des précédents mouvements, je m’étonne de l’indifférence affichée du gouvernement et, singulièrement, de la ministre de l’Outre-mer qui ne s’est toujours pas exprimée et qui, selon son agenda, prévoit de consacrer la fin de cette semaine à un nouveau déplacement en Martinique et en Guadeloupe où elle était pourtant il y a moins de 2 semaines », relève Victorin LUREL.

« La campagne électorale en cours ne saurait justifier que les ministres ne traitent plus les dossiers brûlants », déplore le député, qui rappelle que le gouvernement fixe lui-même, en liaison avec les pétroliers, le prix des carburants en outre-mer avec comme critère assumé les prix pratiqués dans l’Hexagone, alors même que le salaire moyen outre-mer est deux fois inférieur.

« Sans délai, le gouvernement doit donc mettre un terme au désordre en relançant des négociations pour faire enfin pression sur les pétroliers en monopole dont les bénéfices réalisés sur le dos des Ultramarins sont tout simplement indécents. Après avoir fait un chèque d’un montant total de 176 millions d’euros depuis 2009 aux compagnies pétrolières outre-mer, toutes filiales de Total, le gouvernement doit mener des discussions sérieuses avec ces industriels ».

« En matière de fixation des prix des carburants, une autre approche est possible outre-mer, notamment en découplant les activités de raffinage et de stockage, mais le gouvernement a jusqu’ici délibérément choisi de l’ignorer », regrette Victorin LUREL

Nicolas SARKOZY ne mentionne les outre-mer qu’à la faveur d’un gros mensonge

Filed under: Communiqués de presse — Victorin LUREL @ 16 h 55 min


Suite à l’intervention du candidat président sortant au journal télévisé de France 2, Victorin LUREL, responsable du pôle outre-mer de la campagne de François HOLLANDE, constate que Nicolas SARKOZY n’aura pas eu un seul mot sur les tensions sociales qui ont dégénéré en violences à la Réunion ces dernières 24 heures, alors même que des images inquiétantes étaient diffusées dans le journal quelques instants avant sa prestation

Le député et président de la Région Guadeloupe relève, en revanche, que Nicolas SARKOZY aura mentionné les outre-mer à la faveur d’un mensonge grossier visant à prétendre qu’il a mis en œuvre des référendums durant son mandat.

Victorin LUREL tient à rappeler qu’en Martinique et en Guyane, en 2010, ce ne sont en aucun cas des référendums qui ont été organisés, mais des consultations populaires locales prévues de droit dans le cadre du processus d’évolution institutionnelle enclenchée dans ces territoires, à la demande des élus locaux. Ni l’article 11 de la Constitution, ni l’article 89, qui définissent l’exercice des référendums sous la Ve République, n’étaient en cause, d’autant plus que ces consultations n’avaient, précisément, qu’une valeur consultative.

Entre référendum et consultation locale, la confusion est impossible.

Victorin LUREL déplore donc que le candidat président sortant n’ait pas jugé opportun de s’exprimer sur la problématique du coût de la vie à la Réunion qui, en réalité, concerne l’ensemble des outre-mer. Il aurait eu en effet l’occasion de s’expliquer sur l’inertie absolue dont il aura fait preuve durant son mandat face aux monopoles, pétroliers notamment, qui sont, pour l’essentiel, la cause de la cherté de la vie outre-mer.

19 février 2012

A Marseille, la très inquiétante tournure de la campagne du président sortant

Filed under: Communiqués de presse — Victorin LUREL @ 15 h 22 min


Pour le député et président de la Région Guadeloupe, Victorin LUREL, responsable du pôle outre-mer de la campagne de François HOLLANDE, le discours prononcé à Marseille par le candidat président sortant Nicolas SARKOZY révèle la tournure très inquiétante que prend d’emblée sa campagne.

« Nicolas SARKOZY, prêt à tout pour se maintenir au pouvoir, s’est livré à une présentation caricaturale et anxiogène des propositions de François HOLLANDE. Il n’a pas hésité à user de la thématique éculée de « l’anti-France » pour qualifier la dynamique qui s’est créée autour du candidat socialiste et des valeurs qu’il porte », constate Victorin LUREL.

« La droite démontre qu’elle n’a pas changé depuis 1981 : à ses yeux, la gauche n’est pas légitime pour gouverner la France, l’alternance ne peut s’envisager pour elle que comme une « effraction », pour reprendre une expression récente de Fraçois BAROIN.

« C’est une curieuse conception de la démocratie. ».

« Au terme d’un discours d’idéologue adossé aux valeurs les plus réactionnaires, Nicolas SARKOZY n’aura pas formulé la moindre proposition sur les sujets qui préoccupent les Français : le chômage, l’éducation, les services publics ou encore l’insécurité », déplore Victorin LUREL.

« Il se présente une nouvelle fois comme l’homme de la rupture qui ne peut être qu’une rupture avec lui-même, ce qui peut expliquer l’agressivité dont il fait preuve parfois. Il veut rejouer la partition de « l’homme libre » alors qu’en réalité il voudrait surtout être libéré de son bilan ».

« Page précédentePage suivante »

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons