Victorin LUREL
Le Blog du vice-président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale

13 mai 2012

Jules Ferry : l’hommage et la part d’ombre

Filed under: Actualités — Victorin LUREL @ 22 h 05 min

Mes cher-e-s ami-e-s,

Mardi, François Hollande sera officiellement investi comme le 7ème président de la Vème République. Dans le prolongement de la passation de pouvoirs avec son prédécesseur, le nouveau chef de l’Etat rendra hommage, comme d’autres l’avaient fait avant lui, à des figures de la République. Et c’est ainsi qu’il a choisi de prononcer un discours devant la statue de Jules Ferry dans le jardin des Tuileries.

Le choix de cet hommage suscite une émotion, évidemment compréhensible, en particulier dans les outre-mers et, au-delà, en Afrique et en Asie. Car s’il s’agit très explicitement pour le président Hollande de marquer sa considération envers le père fondateur de l’école publique gratuite et mixte, le défenseur intransigeant de la laïcité, l’auteur de « la lettre aux instituteurs », en somme envers l’une des grandes figures du « roman national français », le nouveau président ne passera évidemment pas sous silence la part d’ombre de Jules Ferry.

Cette part d’ombre, qui cohabite avec sa part de lumière, comme c’est le cas, reconnaissons-le, chez toutes les grandes figures de l’histoire de l’humanité…

Cette part d’ombre de Jules Ferry, qui fit désagréablement écho aux propos inacceptables tenus, il y a quelques semaines, par Claude Guéant sur une prétendue hiérarchie entre les civilisations…

Jules Ferry ne fut, en effet, pas seulement le père de l’école de la République. Il fut aussi, hélas, un théoricien et même un praticien du colonialisme actif de la IIIème République, au nom du devoir et de la mission civilisatrice des races supérieures sur les races inférieures.

Et si j’ai souvent été troublé, comme d’autres, par la référence à Jules Ferry et par la révérence envers lui, je sais que cette part d’ombre est aujourd’hui connue et reconnue par tous les socialistes et les républicains conséquents.

Bien sûr, François Hollande est de ceux-là.

Avec nous, il y a quelques semaines, alors que la « polémique Guéant » faisait rage, il rappelait que face aux théories racialistes de Jules Ferry, d’autres républicains éminents de l’époque surent se dresser, tel Clemenceau qui, pourtant lui aussi, recèle sa part d’ombre…

Mardi, François Hollande rendra donc hommage au Jules Ferry de l’école publique, gratuite et laïque, dont le legs – en l’espèce – fut considérable pour la France hexagonale, mais aussi pour les outre-mers, où cette école de la République contribua tout simplement à l’émancipation de nos peuples. Pour un président qui entend placer l’éducation et la jeunesse au cœur de son projet, c’est une référence incontournable.

Mais mardi, l’humaniste sans concession qu’est François Hollande, celui-là même qui s’est engagé à supprimer le mot « race » de notre Constitution, fera aussi la part des choses et renverra cette grande figure à ses égarements et à ses fourvoiements sur la question coloniale.

Ceux qui connaissent et respectent l’Histoire savent qu’elle est une pensée de la complexité. Complexité des hommes, de leurs idées et de leurs parcours. Je sais que le nouveau chef de l’Etat saura trouver des mots qui ne confondent pas complexité et ambiguïté. Des mots qui montreront une nouvelle fois que l’idée qu’il a de la République et qu’il a défendue tout au long de sa campagne est celle de l’égalité.

Victorin LUREL

3 réponses à “Jules Ferry : l’hommage et la part d’ombre”

  1. Aimar dit :

    Osera-t-on écrire : « Autres temps, autres mœurs » ?
    L’église catholique est aujourd’hui considérée comme une force morale indiscutée.
    Doit-on lui reprocher sa « part d’ombre » lorsque l’évêque Las Casas, par souci d’humanité envers les indiens du Mexique nouvellement conquis, suggéra de déporter les Africains dans les nouvelles colonies ?
    Les réponses sont dans les questions.

  2. henri bistoquet dit :

    Critique, auto critique, vérités, sincérités..Très bon choix de celui des parts de lumière et d’ ombre. Merci de le dire si clairement dans ton livre.

  3. Prosper dit :

    Notre nouveau ministre évoque sur son blogue
    Les ombres et les lumières et se veut pédagogue.
    Ainsi pour jules Ferry, ses vues colonialistes
    Passent après l’école qu’il a su mettre en piste.

    Reconnaissant le tout, il fait la part des choses,
    Mais reste réserver quand il écrit sa glose.
    Suivant les circonstances, les besoins de la cause,
    Peut-être tentera-il de nous dire autre chose ?

    Pour la Calédonie, où sera sa lumière ?
    Effacera-t-elle l’ombre sans être rancunière ?
    Ou la dette coloniale sera-t-elle éternelle ?
    Tous les pouvoirs donnés au « peuple originel » ?

    La colonisation apporta des progrès,
    Ainsi l’éducation, le droit à la santé,
    La liberté des femmes, le fait de voyager,
    En bref tout ce qui fait notre modernité.

    Les ombres du passé ne sont pas oubliées.
    Les lumières aujourd’hui peuvent nous unifier.
    Mais rien ne justifie des inégalités,
    Au profit d’une seule « race » ou d’un « peuple premier ».

    Pourtant c’est ce que firent plusieurs socialistes
    Imposant un accord non égalitariste.
    Une discrimination un peu trop positive
    Fait une démocratie qui devient restrictive.

    Oui, Monsieur le ministre, ne soyez pas faux cul,
    Car votre position ne peut être ambiguë.
    Entre une bien pensance d’un passé qui n’est plus,
    Et maintenir la France, quel sera votre but ?

    Non ne me dite pas que les calédoniens
    Décideront tout seul de ce qui leur va bien.
    Le corps électoral est trop minimisé,
    Et le peuple Kanak est bien victimisé.

    Votre choix politique, vous le savez très bien,
    Peut infléchir le sens qu’aura notre destin.
    Alors, comme Ponce Pilate, ne faites pas le malin,
    Et n’allez surtout pas vous en lavez les mains.

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons