Victorin LUREL
Le Blog du vice-président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale

22 février 2012

Tensions à La Réunion : le gouvernement doit mettre un terme au désordre par la négociation

Filed under: Communiqués de presse — Victorin LUREL @ 18 h 30 min

Après la Guyane, la Guadeloupe et la Martinique où un conflit social avait éclaté en 2008 sur le prix des carburants, après Mayotte fin 2011, c’est maintenant La Réunion qui est au bord de l’explosion.

Hélas prévisibles, compte tenu de la situation économique et sociale de l’île, les violences auraient cependant pu être évitées. Or, elles donnent ces dernières heures des signes d’escalade.

Pour Victorin LUREL, responsable du pôle outre-mer de la campagne de François HOLLANDE, « le retour au calme est une nécessité absolue, car les violences, qui pénalisent d’abord les Réunionnais, ne sont en aucun cas une solution ».

« Le gouvernement doit mettre un terme à la stratégie de pourrissement qui est la sienne depuis la fin des mouvements sociaux de 2009 face à la problématique du coût de la vie dans les outre-mer », estime le député et président de la Région Guadeloupe.

« Comme s’il n’avait tiré aucune leçon des précédents mouvements, je m’étonne de l’indifférence affichée du gouvernement et, singulièrement, de la ministre de l’Outre-mer qui ne s’est toujours pas exprimée et qui, selon son agenda, prévoit de consacrer la fin de cette semaine à un nouveau déplacement en Martinique et en Guadeloupe où elle était pourtant il y a moins de 2 semaines », relève Victorin LUREL.

« La campagne électorale en cours ne saurait justifier que les ministres ne traitent plus les dossiers brûlants », déplore le député, qui rappelle que le gouvernement fixe lui-même, en liaison avec les pétroliers, le prix des carburants en outre-mer avec comme critère assumé les prix pratiqués dans l’Hexagone, alors même que le salaire moyen outre-mer est deux fois inférieur.

« Sans délai, le gouvernement doit donc mettre un terme au désordre en relançant des négociations pour faire enfin pression sur les pétroliers en monopole dont les bénéfices réalisés sur le dos des Ultramarins sont tout simplement indécents. Après avoir fait un chèque d’un montant total de 176 millions d’euros depuis 2009 aux compagnies pétrolières outre-mer, toutes filiales de Total, le gouvernement doit mener des discussions sérieuses avec ces industriels ».

« En matière de fixation des prix des carburants, une autre approche est possible outre-mer, notamment en découplant les activités de raffinage et de stockage, mais le gouvernement a jusqu’ici délibérément choisi de l’ignorer », regrette Victorin LUREL

Laisser un commentaire

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons